Blépharoplastie esthétique

La blépharoplastie est l’intervention chirurgicale permettant de traiter le dermatochalasis ou excès de peau en paupière supérieure, lié au relâchement des tissus. Le dermatochalasis se manifeste par un repli horizontal de peau dans le creux palpébral supérieur, la peau se plissant avec l’âge. Il peut exister en paupière inférieure, où généralement les poches prédominent, liées à la saillie de la graisse orbitaire à travers une peau mince.

Le but de la blépharoplastie est de supprimer ou de réduire ces imperfections palpébrales (excès cutané, poches graisseuse, rides … ).

L’excès de peau et de graisse est retiré au bistouri ou au laser C02, et les rides de la patte d’oie ou les pigmentations anormales de la peau peuvent éventuellement être traitées dans le même temps par un relissage cutané au laser C02 ou Erbium.

L’excès de peau peut être réséqué soit de façon simple par une résection elliptique dans le pli palpébral supérieur, ou triangulaire dans l’angle externe. Elle est plus efficace en y associant une résection analogue du muscle orbiculaire sous-jacent. Cette résection myo-cutanée est le traitement le plus souvent réalisé en paupière supérieure.

La cure des poches palpébrales s’accompagne le plus souvent d’une cure chirurgicale de dermatochalasis. Après ouverture de la peau (ou de la conjonctive en paupière inférieure), du muscle orbiculaire et du septum, on enlève l’excès de graisse qui fait saillie et on réalise une coagulation soigneuse de la graisse restante.

Cette intervention est généralement réalisée en chirurgie ambulatoire c’est-à-dire en hospitalisation de jour. L’anesthésie est habituellement locale, éventuellement potentialisée sous surveillance anesthésique.

Les suites immédiates sont habituellement simples, marquées par un oedème palpébral parfois associé à un hématome, de résorption spontanée en une dizaine de jours.

Le traitement postopératoire comporte l’instillation de collyres et l’application de pommades sur les cicatrices, associées à l’application de compresses glacées en cas d’oedème important.

Les fils sont ôtés en consultation vers le 8ième jour. Des troubles visuels sont fréquents les premiers jours (larmoiement, sécheresse oculaire, troubles de l’accommodation), de même que des difficultés pour fermer les paupières.

Les cicatrices sont cachées dans le pli palpébral en paupière supérieure, sont situées 2 mm sous les cils en paupière inférieure, ou sont invisibles à la face interne de la paupière inférieure. Ces cicatrices peuvent rester visibles pendant environ deux mois (rougeurs, indurations, petits kystes… ), et pendant cette période, le patient doit éviter de s’exposer au soleil.

Les résultats définitifs sont jugés à 6 mois, ils sont satisfaisants sur l’excès de peau et de graisse mais ont cependant des limites. Les fines rides de la patte d’oie et les anomalies de pigmentation cutanée ne sont pas traitées en l’absence de relissage au laser C02 ou Erbium.

A signaler que malgré une opération bien conduite, certaines imperfections peuvent persister (plissements cutanés résiduels, cicatrices légèrement saillantes et colorées … ).

Du fait de la nature de l’intervention, un résultat final exact ne peut être prédit, et aucune garantie d’un résultat spécifique ne peut être donnée.