Anomalies de la vision: Myopie, Hypermétropie, Astigmatisme et Presbytie

L’œil normal

Pour un œil « normal », c’est à dire qui ne présente pas de défaut de vision, l’image d’un objet observé se focalise sur la rétine quelle que soit la distance de l’objet. Ceci grâce à l’accommodation du cristallin, très souple, qui se déforme. On dit que l’oeil est emmetrope.

MYOPIE

 

Un œil myope est un œil trop long ou trop convergent, ceci se caractérise par une formation de l’image en avant de la rétine. Le nerf optique transmet donc une image floue au cerveau. Plus la source du regard est éloignée et plus l’image sera floue. En revanche, un œil myope sera capable de voir de près, plus la myopie sera forte et plus la distance de vision nette sera courte.

La correction de la myopie se fait par verres de lunettes ou lentilles de contact concaves, ainsi l’image est repoussée vers l’arrière sur la rétine pour obtenir une vision nette.

Le même effet peut être obtenu en aplatissant le centre de la cornée par laser (diminution globale de la convergence de l’œil).

Traitement chirurgical

Le traitement chirurgical de la myopie repose avant tout sur le Lasik. Toutes les myopies jusqu’à -10D, qu’elles soient associées ou non à un astigmatisme, peuvent, sauf contre-indications cornéennes particulières (forme et épaisseur), être traitées par laser. Au-delà de -10D, les lentilles intra-oculaires sont indiquées : implants réfractifs phakes (préservant l’accommodation par la conservation du cristallin naturel) avant 40 ans et échange de cristallin après 50 ans (remplacement du cristallin naturel ayant perdu ses capacités physiologiques d’accommodation par un cristallin artificiel).

HYPERMÉTROPIE

 

Un oeil hypermétrope est un oeil qui a une défaillance visuelle provoquant une vision brouillée en vision de près. Pour une hypermétropie faible, l’oeil à tendance à s’accommoder sans gêne visuelle prononcée. En ce qui concerne une forte hypermétropie, l’effort d’accommodation plus important peut provoquer une sensation de fatigue, des maux de tête, et une gêne visuelle.

En fait il existe trois différentes hypermétropies

-Une « faible » de 0 à 2 dioptries souvent détectée à la quarantaine.

-Une « moyenne » qui se situe à peu près entre 2 et 8 dioptries.

-Une « forte » qui se situe elle au delà de 8 dioptries et jusqu’à 20 à dioptries pour les plus fortes.

L’œil hypermétrope est un œil trop court ou pas assez convergent ; l’image n’est pas nette car elle se forme en arrière de la rétine. L’hypermétrope jeune peut compenser son trouble de vue en accommodant (augmentation de la convergence globale de l’œil par déformation du cristallin), ce qui peut entraîner des maux de tête surtout en vision de près prolongée où l’accommodation est encore plus sollicitée. Plus tard, elle se traduit par une mauvaise vision de près mais aussi de loin particulièrement chez les forts hypermétropes ou après 50 ans où le pouvoir accommodatif est fortement abaissé (presbytie).

La correction de l’hypermétropie se fait par verres de lunettes ou lentilles de contact convexes qui ramènent l’image vers l’avant sur la rétine.

Le même effet peut être obtenu en faisant bomber le centre de la cornée au laser (augmentation globale de la convergence de l’œil).

Traitement chirurgical

Jusqu’à 4-5 dioptries, l’hypermétropie simple ou associée à un astigmatisme se corrige par Lasik. Si elle est associée à une presbytie ou lorsqu’elle est supérieure à 5 dioptries, d’autres techniques par implant devront être envisagées. Là encore, l’âge est le paramètre discriminant entre les implants réfractifs phakes pour les plus jeunes avant 40 ans et les changements de cristallins au profit d’implants multifocaux pour les plus de 50 ans (remplacement du cristallin naturel ayant perdu ses capacités physiologiques d’accommodation par un cristallin artificiel).

ASTIGMATISME

Un œil astigmate est un œil dont la vision est imprécise de près comme de loin. De plus, il a des difficultés pour distinguer les contrastes entre les lignes horizontales verticales et obliques. L’astigmate à tendance à confondre les signes proches comme le M, le H et le N ou encore le 8 et le 0. La cornée d’un œil astigmate est légèrement oval. Un astigmatisme est souvent associé à une myopie ou une hypermétropie, 
ce qui peut provoquer des maux de tête ou une fatigue visuelle.

L’astigmatisme est le plus souvent lié à un défaut de courbure de la cornée (et beaucoup plus rarement du cristallin); la cornée astigmate n’a pas le même rayon de courbure selon tous ses méridiens et présente deux rayons principaux (le plus cambré et le moins cambré). Ainsi, un même objet se décompose en deux images au lieu d’une seule (une en avant et une en arrière déterminant un astigmatisme myopique, hypermétropique ou mixte selon la position des deux images par rapport à la rétine). L’œil est plus ovale que rond et se rapproche de la forme d’un ballon de rugby plutôt que d’un ballon de football. L’œil astigmate a une vision imprécise de près comme de loin, entraînant parfois une fatigue visuelle et des maux de tête à la lecture.

La correction se fait par verres de lunettes ou une lentilles de contact dits sphéro-cylindriques ou toriques qui fusionnent et ramènent les deux images distinctes en une seule sur la rétine.

Le même effet peut être obtenu grâce au laser en modifiant différemment les deux rayons de courbure principaux.

PRESBYTIE

 

La presbytie est liée à une diminution du pouvoir accommodatif de l’œil. L’accommodation est le moyen par lequel l’oeil peut régler automatiquement sa focale pour voir de loin ou de près selon les besoins (processus identique à l’autofocus des appareils photo).

Cette diminution débute vers 45 ans en moyenne et est obligatoire, elle relève à la fois du grossissement et du durcissement du cristallin entraînant ainsi une baisse de sa déformabilité. Elle augmente par paliers et se stabilise avant 60 ans.

Elle se corrige par des verres convexes si elle est isolée ou par des verres progressifs (vision différente de loin et de près) si elle est associée à un autre trouble de la vision.

Elle peut se corriger chirurgicalement par laser.

Traitement chirurgical

Le choix d’une technique dans le traitement chirurgical de la presbytie dépend des éventuels troubles visuels associés à cette presbytie.

Globalement chez le myope, la presbytie sera traitée par sous correction de la myopie sur l’œil dominé (myopie résiduelle de -1,5 à -2D) et par correction totale de la myopie sur l’œil dominant (technique dite de la bascule ou monovision où l’œil directeur est corrigé en vision de loin et l’œil dominé en vision de près). En fonction du trouble visuel associé et de l’âge, la correction se fait par Laser (Lasik) ou implant.

La presbytie de l’emmétrope ou l’hypermétrope faible (jusqu’à +3D) se corrige le plus souvent par laser. La correction peut se faire en bascule (avec œil directeur corrigé en vision de loin et œil dominé corrigé en vision de près avec myopie induite de -1,5 à -2D) ou en multifocalité (technique dite du « Presbylasik » où chaque œil est corrigé en vision de loin et de près) : le choix entre bascule et multifocalité dépend de chaque cas.

La correction de la presbytie chez le fort hypermétrope se fait préférentiellement par implants multifocaux et ce surtout après 50 ans (perte des capacités physiologiques d’accommodation par le cristallin naturel).

Lorsque coexiste à la presbytie un astigmatisme, les techniques laser permettent une correction plus précise de l’astigmatisme et seront donc privilégiées par rapport aux techniques par implant.