Bilan préopératoire

Comme pour toute chirurgie, le bilan préopératoire est un temps essentiel dans la démarche chirurgicale.

Il se réalise lors de la consultation au cabinet. Il faut être accompagné car une dilatation est nécessaire et vous ne pourrez donc pas conduire à l’issue de la consultation. Nous fixons volontairement ces rendez-vous en fin d’après-midi. Veuillez bien le précisez à la secrétaire lors de votre demande.

Le bilan dure environ une heure et l’objectif est double:

-Déceler une éventuelle contre-indication à la chirurgie sous peine de complications post-opératoires.

-Analyser le défaut visuel à corriger ainsi qu’évaluer votre demande et vos objectifs.

La consultation préopératoire comporte les étapes suivantes:

Mesure du défaut visuel (Réfraction)

La mesure de la réfraction est la mesure du défaut optique à corriger. Elle comprend :

- la mesure de la puissance des verres de lunette portée ainsi que le recueil des informations sur les lentilles de contact éventuellement portées. Ceci permet de connaître la stabilité de la réfraction en les comparant aux mesures réalisées le jour de la consultation.

- la mesure de l’acuité visuelle de chaque oeil, mesurée séparément (monoculaire) puis ensembles (binoculaire). L’acuité visuelle maximale corrigée est celle qui est mesurée avec la « meilleure correction ». Elle est quantifiée en dixièmes. L’acuité visuelle monoculaire est celle d’un oeil (droit ou gauche). L’acuité visuelle binoculaire est celle des deux yeux ouverts « en même temps ».

- la détermination de l’oeil dit « dominant » (ou « directeur »); ceci est important notamment pour la correction en monovision.

Examen de l’oeil au biomicroscope

Le biomicroscope (ou lampe à fente) est un instrument grossissant qui permet d’examiner l’oeil du patient candidat à la chirurgie réfractive. La cornée doit être indemne de pathologie, le film lacrymal est également évalué: d’une manière générale, l’absence de syndrome sec sévère ou compliqué doit être vérifiée.

De même, le cristallin fait l’objet d’un examen attentif, afin de déceler les signes d’une cataracte débutante.

L’examen du fond d’oeil est enfin réalisé avec une lentille spéciale, qui permet de voir la rétine et le nerf optique, et s’assurer de l’absence de pathologie à leur niveau. La mesure de la pression intra-oculaire fait partie de l’examen préopératoire, car la myopie est un facteur de risque pour le glaucome.

L’étude de la cornée: Topographie

La cornée étant le tissu qui subit la sculpture du laser pour la correction en PKR ou LASIK des défauts optiques, il faut éliminer la présence d’une anomalie cornéenne telle que le kératocône débutant, qui pourrait être aggravé par la réalisation d’une chirurgie réfractive cornéenne. Ce rôle est dévolu à la topographie cornéenne, avec mesure de l’épaisseur cornéenne. Nous utilisons un topographe d’élévation permettant l’analyse de la face antérieure et aussi de la face postérieure de la cornée (Orbscan, Technolas).

L’étude fine des propriétés optiques de l’oeil : Aberrométrie

L’examen de la qualité optique de l’œil et du diamètre de la pupille renseigne sur la qualité optique de l’oeil. La mesure d’un taux plus élevé d’aberrations optiques de haut degré peut alerter sur la présence d’une anomalie débutante (cataracte, mais aussi kératocône infra-clinique débutant ou kératocône fruste). L’aberromètre que nous utilisons (Zywave, Technolas) est couplé au topographe.

Toutes les données sont automatiquement transmises sur une tablette informatique permettant un recueil instantanné et complet des mesures prises. Ainsi le jour de la chirurgie, vos données sont intégralement reprises par le laser Excimer.

Enfin, d’autres explorations peuvent être effectuées en fonction du contexte et de la présence de certains signes lors de la réalisation des examens systématiques: champs visuels, bilan de sécheresse oculaire, examens du segment postérieur de l’oeil (nerf optique, rétine, etc.)

Ce n’est qu’au terme du ce bilan qu’une indication opératoire de chirurgie réfractive peut être proposée au patient. Les avantages mais aussi les effets indésirables possibles doivent être clairement exposés. L’utilisation de schéma ou d’illustrations permet souvent de mieux expliquer au patient les principes et les résultats attendus de la chirurgie réfractive au patient.