Définition

La population mondiale présente une pathologie oculaire, de plus en plus fréquente et généralement bilatérale, qui se nomme Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age (DMLA).

grille2 grille1

Il s’agit d’une altération maculaire (centre de la rétine et de la vision), acquise, non héréditaire, non inflammatoire atteignant les personnes de plus de 50 ans, qui se traduit par une baisse progressive de la vision aboutissant à une perte de la vision centrale. Ces patients ne deviennent pas aveugles mais perdent tout le champ de vision utile pour la lecture, la conduite, la vision fine. Ainsi ils gardent généralement une autonomie avec possibilité de se déplacer, de se promener, mais ne peuvent plus lire, regarder la télévision ou conduire.

Clinique

Une DMLA commence habituellement par une déformation des images (métamorphopsies). Il faut donc tester chacun de ses yeux, en fixant le point bleu central. On ne doit pas voir la grille environnante déformée, ce qui nécessiterait une consultation en urgence chez un ophtalmologiste. D’autres pathologies donnent aussi des métamorphopsies à tout âge, et doivent aussi amener à consulter en urgence (néovaisseaux maculaires du jeune, tumeur, membrane épirétinienne par exemple).

On estime que 12% de la population entre 65 ans et 75 ans présente une DMLA, et ce nombre augmente chaque jour. En France il s’agit là de la première cause de malvoyance et on pense que 1 million de personnes sont concernées, ce nombre devant être multiplié par 3 d’ici à 25 ans.

Des facteurs génétiques prédisposant semblent exister, associés à des facteurs environnementaux (soleil, tabac). Il n’y a pas de prédominance d’un sexe.

Le patient se plaint de trois symptômes principaux.

La baisse de vision existe sur un oeil ou les deux, et le malade croit toujours que ce sont les lunettes qui ne sont pas adaptées. L’acuité visuelle est en effet plus ou moins abaissée, entre quelques dixièmes et une simple perception lumineuse. Il décrit parfois un scotome central. Quand il lit, il ne voit pas toutes les lettres des mots, ou bien il lui manque le mot entier, ne voyant que les mots adjacents.

dmla1 dmal2

Les métamorphopsies sont très fréquentes et correspondent à une déformation des images. On utilise la grille d’Amsler pour déceler toute anomalie. Le patient décrit parfois très bien que le montant de la porte n’est pas rectiligne.

Il n’y a aucune douleur et l’oeil est blanc, calme et non-inflammatoire.

Les deux formes vraies de DMLA:

-On décrit la forme « sèche » ou “atrophique de DMLA qui voit apparaître une atrophie du centre de la vision, la macula. C’est souvent bilatéral, avec parfois une évolution décalée dans le temps.

atrophie

Il n’y a pas de traitement possible de ce type de DMLA atrophique qui laisse un scotome central important mais qui permettra toujours au patient de se déplacer et d’être autonome grâce au champ visuel périphérique qui n’est pas atteint.`

hemooragei

-Seule la forme de DMLA « humide » ou « exsudative » peut bénéficier des traitements physiques ( Injection Intravitréenne=IVT). Cette forme représente 15 à 20% des cas de DMLA. Elle est responsable de 90% des cas de cécité légale (acuité visuelle inférieure ou égale à 1/10ème).

Cette pathologie correspond à l’apparition de nouveaux vaisseaux (néovaisseaux) derrière le centre de la macula, la fovea.

La différence entre ces deux formes et la surveillance ultérieure est faite par l’ophtalmologiste qui examine le fond d’oeil et va réaliser un scanner de la macula à l’aide d’un OCT (Optical Coherence Tomography) dont la résolution est de 3 microns.

oct

Les formes évoluées entraînent des hémorragies rétiniennes, car les néovaisseaux sont très fragiles et saignent très facilement. Ce ne sont pas des vaisseaux normaux. Ces maculopathies hémorragiques sont toujours graves car les récidives de saignements sont possibles, tant que persistent les néovaisseaux.

Les formes cicatricielles s’associent à des fibroses du pôle postérieur de l’oeil qui ont tendance à tirer sur la rétine et donc provoquer des décollements de rétine (DR).

Parfois la cicatrice englobe toute la macula, pour donner une disciforme, d’aspect pseudo-tumoral. On note une surélévation importante de la macula qui est boursoufflée et proéminente.