Traitements

Traitement médical

Un glaucome de ne se guérit pas mais nécessite un traitement à vie. Le traitement de première intention est à base de collyre à mettre une à deux fois par jour dans les deux yeux. Il existe deux mécanismes d’action des gouttes: la diminution de la sécrétion d’humeur aqueuse ou l’augmentation de l’élimination d’humeur aqueuse.

Traitement au laser

Il s’agit d’une trabéculoplastie à laide du laser SLT. Grâce au laser on photocoagule l’angle irido-cornéen, ainsi l’humeur aqueuse est éliminée plus rapidement.

Traitement chirurgical

On réalise une chirurgie filtrante (=Trabeculectomie), au niveau de la conjonctive, on fait une fenêtre par laquelle on réalise un petit « trou » permettant à l’humeur aqueuse de circuler de part et d’autre de l’iris.

Hospitalisation : Une immobilisation minimale de quelques heures est nécessaire. Le mode d’hospitalisation adapté à votre cas vous sera proposé par votre ophtalmologiste en accord avec l’anesthésiste.

Anesthésie : L’oeil peut être insensibilisé par des injections de voisinage, ou uniquement par l’instillation de gouttes. Une anesthésie générale est également possible. Le choix résulte de l’avis de votre ophtalmologiste et de celui du médecin anesthésiste. Il prend en compte, si possible, votre souhait.

Incidents ou difficultés peropératoires : ils sont rares et imprévisibles et peuvent conduire à renoncer à l’intervention. Il s’agit essentiellement d’hémorragies, qui en général se résorbent en quelques jours, mais peuvent aboutir à la perte de toute vision, voire à la perte de l’oeil dans des cas très exceptionnels.

Evolution postopératoire habituelle

Dans la grande majorité des cas (75 %), la pression est abaissée à un niveau normal. Il se forme généralement une grosseur sous la paupière supérieure. Dans 25 % des cas, il peut être nécessaire de reprendre l’utilisation de collyres antiglaucomateux, voire de recourir à une nouvelle intervention. Un certain degré d’irritation oculaire peut accompagner la résorption des fils de suture durant quelques semaines après l’intervention. Il est parfois nécessaire de procéder à l’ablation de fils de suture. Une accentuation momentanée des difficultés visuelles est habituellement ressentie ainsi qu’un larmoiement.

Les soins locaux sont réduits à l’instillation de gouttes, à l’application d’une pommade et au port d’une protection oculaire selon des modalités et durant une période qui vous seront précisées par votre chirurgien.

La normalisation de la pression par la chirurgie filtrante constitue un moyen efficace de ralentir, voire de supprimer le processus d’atrophie du nerf optique. L’évolution du glaucome peut cependant se poursuivre si d’autres facteurs, en particulier circulatoires, interviennent.

La chirurgie filtrante du glaucome a comme objectif d’abaisser la pression de l’oeil. Elle ne peut en aucun cas prétendre améliorer l’état de la vision.

Les complications

Les complications sévères de cette chirurgie sont exceptionnelles et il n’est pas possible de les chiffrer. Elles peuvent nécessiter une réintervention et aboutir, dans les cas les plus extrêmes, à la perte de toute vision de l’oeil opéré, voire à la perte de l’oeil lui-même. Il s’agit:

- Infections

- Hyperpression qui peut nécessiter une réintervention en urgence.

D’autres complications sont moins sévères, comme une filtration trop importante la trop forte réduction prolongée de la pression un larmoiement excessif, l’inflammation de l’oeil, des douleurs liées à la filtration, l’apparition ou l’aggravation d’une cataracte.